Monastère de Chalais

Moniales Dominicaines

Accueil > Méditation > Méditations du dimanche Saint Augustin, notre "grand-père" !

Saint Augustin, notre "grand-père" !

28 août 2007

Selon que vous êtes dans un salon de la bonne société ou dans le cloître d’un monastère, « être du monde » n’aura pas le même sens et les mêmes connotations. Sauf erreur de ma part, dans ce petit passage d’évangile le mot « monde » apparaît dix fois, et pour l’ensemble de l’évangile selon saint Jean il faut certainement multiplier ce nombre par quatre ou cinq - c’est dire l’importance qu’il y revêt. Il nous faut donc être attentifs à en saisir le sens, d’autant que, comme chez nous, ce mot est ambigu chez saint Jean : le monde, c’est à la fois l’œuvre originelle de Dieu, qui est bonne, et ce qui refuse Dieu, et qui est mauvais.

Ambivalence du monde, qui tient essentiellement non au monde en lui-même, à ce milieu dans lequel nous vivons, mais à notre rapport à ce monde, soit que nous en fassions notre seul horizon et que de la sorte nous lui appartenions et qu’il nous possède, ou soit que nous le sachions trop petit pour nous qui l’habitons mais ne lui appartenons pas, qui sommes dans le monde mais pas du monde, parce que nous sommes les seuls d’entre toute la création à avoir été formés non seulement de la terre du monde, mais encore du souffle de Dieu.

Il ne s’agit pas pour autant de refuser le monde et de le condamner, mais d’abord de reconnaître que l’ambivalence et l’ambiguïté du monde passent en nous, que nous sommes nous-mêmes ambivalents et ambigus ; et, l’ayant reconnus, de laisser le souffle divin que nous avons reçu pénétrer à nouveau ce monde que nous sommes et ce monde que nous formons. Car, nous l’avons entendu, Jésus ne retire pas ses disciples du monde, au contraire, il les y envoie pour que le monde expérimente la volonté salvifique de Dieu. Jésus nous transmet donc sa mission : lui par qui le monde fut, lui qui est venu dans le monde, nous envoie dans le monde pour le restaurer dans sa bonté originelle, et non seulement pour le restaurer, mais encore pour l’élever plus haut qu’il ne fut jamais, jusqu’à Dieu Lui-même, dans l’unité.

Et là nous comprenons très exactement quelle est la mission de ceux qui sont dans le monde, mais pas du monde : non pas compter au nombre de ces apprentis sorciers qui exercent d’étranges pouvoirs transformateurs sur la nature et sur l’homme, soi-disant pour les améliorer, mais œuvrer à l’unité par tous ces gestes, parfois très prosaïques, très quotidiens, que nous connaissons fort bien : gestes de pardon, gestes d’amour, gestes de service qui restituent aux gens et aux choses quelque chose de la beauté du monde.

Enregistrer au format PDF



Méditations du dimanche

7e dimanche du temps ordinaire - Année A Tends l’autre joue ! 19 février 2017 Lire la méditation Toutes les méditations

Prédications

Frère Nicolas Burle op 7ème Dimanche du temps ordinaire - A 19 février 2017 Lire l'homélie Toutes les homélies

Horaires d’une journée

Offices et messe :

Office des lectures : 6h 30
Laudes : 8h
Eucharistie : 11h 30
Heure Médiane : 14h 30
Vêpres : 17h 30
Complies ou Vigiles : 20h45